Total Pageviews

Sunday, 9 April 2017

Qui sont les locavores?



    Un locavore est tout simplement un consommateur qui ne se nourrit exclusivement des aliments produits localement. Le discipline alimentaire du base est à la fois nouvelle et complexe : s'alimenter des produits dont l'origine géographique est à moins de 250 kilomètres de leur assiette.




    Le phénomène des locavores vient en France des États-Unis les années 2005. Le locavore est influencé par et lié à le mouvement de la nouvelle consommation et du circuit court.




Quels sont les avantages du locavorisme?

La proximité du producteur : Grâce à une chaîne d'approvisionnement très courte, un locavore sait comment sont produit les aliments. Donc il profite des légumes sans pesticides, la viande sans plastiques et sans polystyrènes pour le suremballage.




* Le maintien de l'environnement : Le mouvement du locavorisme se veut un acte respectueux de la diversité des paysages, des écosystèmes en évitant les monocultures et l'agriculture intensive.



* La justification économiqueLes produits alimentaires locaux évitent les coûts de transport, d'emballage et de conservateurs alimentaires.




La critique du locavorisme

    Selon la revue Science humaines, "..Sans nier le fait que le système alimentaire mondial n'est pas soutenable, il ne faudrait pas pour autant verser dans un locavorisme par trop radical, qui s'avèrerait contre-productif aussi bien sur le plan de la qualité alimentaire que sur celui de l'empreinte écologique. Il ne s'agit pas de prendre en compte uniquement les kilomètres parcourus par les aliments, mais aussi l'empreinte environnementale de l'agriculture, pour procéder in fine à un bilan global, quitte à acheminer les aliments par rail, et non par la route."




    Ainsi, c'est l'empreinte écologique d'un aliment qui est plus important que la provenance d'un aliment. Si le transport est inefficace, une tomate de 100 km pourrait être plus intensive en carbone qu'une tomate de 5 000 km.

    Donc en fin de compte Soyez Locavore mais avec modération!



Saturday, 25 February 2017

Externalisation - Une solution ou un problème?






    L'externalisation consiste à éffectuer une (ou des) tâche(s) en dehors des locaux de l'entreprise principale. Ces tâches ont été jusqu'à ce moment réalisées par la société mère, mais sont ensuite déléguées à des sous-traitants.



    Les raisons qui poussent une entreprise vers l'externalisation :
  1. Les entreprises veulent se consacrer à ce qu'elles considèrent leurs activités principales.
  2. Les sous-traitants spécialisent dans un domaine spécifique. Ainsi, ils peuvent produire un composant ou fournir une service d'une qualité supérieure à un coût nettement plus faible que si toute la chaîne était gérée par une seule entreprise.
  3. Les autorités réglementaires exigent des normes aussi strictes que la principale entreprise a du mal à gérer toutes les étapes de la chaîne en parallèle.


    D'après les arguments présentés ci-dessus, on comprend que l'externalisation est très rentable tant pour l'entreprise que pour les sous-traitants. Et pourtant, il ya une forte opposition à l'externalisation pour des raisons politiques.

   L'externalisation a entraîné une perte de possibilités d'emploi dans l'ouest, où se trouvent la plupart des sociétés mères, et elle a simultanément conduit à un essor économique dans le monde en développement, où se trouvent la plupart des sous-traitants. Ainsi, l'humeur anti-mondialisation dans l'Ouest qui a entraîné une montée des gouvernements de droite dans ces démocraties libérales.



   En fin de compte est-ce que l'externalisation est une solution ou bien un problème? A mon avis l'externalisation est une solution qui permet à réduire les inégalités entre les pays industrialisés et le reste du monde. En même temps l'externalisation est un problème car elle néglige le bien-être des ceux en occident qui ont raté les bénéfices de la mondialisation!


Nécessaire: Un modèle de mondialisation plus inclusif, plus égalitaire et plus solidaire!

Monday, 30 January 2017

Peut-on utiliser l'hypnose pour apprendre une langue étrangère?

    


    Lors que j'étais à l'école j'avais un fantasme de longue date : un jour on inventera une technique qui rendrait possible l'apprentissage en rêvant!




    Il ya quelques jours, j'ai lu un article qui, même si ne correspond pas à mon imagination d'enfance précisément, ressemble toujours à la science-fiction : utiliser l'état de semi-hypnose afin de rendre le cerveau plus réceptif à la compréhension sensorielle et globale d'une langue.




Notre cerveau est composé de deux hémisphères :
  1. L'hémisphère gauche pour l'analyse et la logique
  2. L'hémisphère droit, le côté créatif et global


   L'apprentissage traditionnel d'une langue repose sur l'hémisphère gauche du cerveau, en résultent deux incapacités: reproduire les sons, le rythme d'une langue, et la saisir dans sa globalité, sortir de la traduction au mot par mot.




    C'est ici que l'hypnose peut servir d'outil : l'état de semi-hypnose permet une assimilation cinq fois plus rapide et un taux de mémorisation supérieur. Il ya des écoles en France qui proposent l'hypnose comme moyen d'assimilation d'une langue. Une séance de 30 minutes de semi-hypnose est suivie par un cours particulier avec un professeur de langue.




    On utilise une voix lourde parlant en espagnol sur fond de musique baroque lors que l'apprenant porte des lunettes teintées, assis sur une chaise longue. Puis cette même voix lit un dialogue en espagnol et en français. Les appareillages sont programmés pour faire basculer le cerveau en semi-hypnose par des signaux lumineux et des tonalités sonores proches du rythme biologique humain de 60 battements par minute.

    Si vous pensez qu'il s'agit d'une secte dîtes-moi si apprendre les tables de multiplication en chantant ou lire ses cours avant de dormir ne part pas exactement de la même idée?

Friday, 23 December 2016

Les défis auxquels font face les bibliothèques publiques à l'ère du numérique



    De nos jour comme les lives numériques ainsi que les périodiques sont tous disponisble à télécharger, est-ce que le grand public s'intéresse toujours à l'humble bibliothèque publique?





    Une nouvelle inquiétude se révèle avec le lancement du livre numérique. "L'e-book" suscite beaucoup d'interrogations de la part des bibliothécaires. Ce nouveau outil deviendrat-il complémentaire au format papier ou le remplacera-t-il au fil des années ?





    Avec l'arrivée des outils de communication tels que les sites web des maisons d'éditions et le kindle, les bibliothèques doivent évoluer constamment leur offre. Aujourd'hui rien n'est plus simple que de trouver de l'information grâce à Internet. Pour rivaliser face à cet arsenal informationnel, les bibliothèques publiques sortent leurs cartes gagnates.





    Notre bibliothèque bien-aimée reste toujours un lieu privilégié pour la consultation d'ouvrages sous la forme papier. En plus les bibliothèques continuent à proposer des services et des produits qui ne sont pas disponibles sous une forme numérique. Un club de lecture dans une bibliothèque publique est à mon avis plus satisfaisant qu'un club livre virtuel.


    Aujourd'hui nous cherchons un endroit pour se changer les idées par rapport au boulot, à la famille, à l'école et surtout à l'ordinateur. Les bibliothèques peuvent saisir cette opportunité.





    Ceci dit, on a également besoin des bibliothèques hybrides. Seules les bibliothèques qui servent des Espaces Publics Numériques (EPN) ainsi qu'un dépôt de livres en papier survivront!




Friday, 18 November 2016

Se faire tatouer ou percer: une invitation permanente à la maladie?



    Durant l'époque précédente le tatouage était une pratique pour les rockers ou les marins au long cours mais aujourd'hui presque toute la population jeune française se fait tatouter ou percer. Alors que les filles préfèrent un rien coquin sur l'épaule, dans le bas du dos ou prés de la cheville, les garçons aiment les tatouages plus imposants qui déclarent leur indépendance.



    Pourtant il faut faire attention - se faire tatouer doit être un acte délicat, à pratiquer dans des conditions de sécurité maximales et d'hygiène. Pour toutes fins utiles, on devrait envisager le tatouage ou le piercing comme des processus chirurgicaux, car les deux utilisent des aiguilles et les deux impliquent la rupture de la peau.



    Et pourtant, malheureusement le tatouage et le piercing actuellement échappent à toute réglementation sur le plan sanitaire en France. Les jeunes en France considèrent un tatouage (ou bien un piercing) comme un signe d'apartenance à un groupe  <>. Ainsi, depuis quelques années, le tatouage connaît un véritable succès, et pour faire face à cette demande croissante, de nombreux tatoueurs ouvrent boutique.



    Récemment les autorités sanitaires françaises ont lancée une aletre annonçant la suspension de l'utilisation d'une encre de tatouage contaminée par un champignon. La découverte de cette contamination mycosique a été faite à l'occasion de l'hospitalisation, en république tchèque, d'une personne récemment tatouée. Et ce même produit circulait en France.



    Donc en fin de compte obtenir un tatouage n'est jamais un acte anodin. Si vous souhaitez vous faire tatouer, vous devez veiller à ce que votre tatouage soit pratiqué dans des conditions sanitaire parfaite!